Le CBD et l’endométriose : Que faut-il savoir ?
Le CBD et l’endométriose : Que faut-il savoir ?

Le CBD et l’endométriose : Que faut-il savoir ?

Endométriose : le CBD peut-il aider ? Que suggère la recherche actuelle ? Examinons le sujet plus en détail.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie chronique gynécologique fréquente qui concerne une femme sur dix, selon l’association française de lutte contre l’endométriose. Au cours du cycle menstruel et sous l’effet des hormones, l’endomètre, le tissu qui tapisse l’utérus, s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse ; S’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles qui débutent. Chez quasiment toutes  les femmes, des cellules vont remonter et migrer via les trompes et se disperser dans l’abdomen, un processus naturel appelé reflux menstruel. Le système immunitaire s’organise alors pour détruire ces cellules qui ne se trouvent pas là où il faut.

Or chez 10% des femmes, le tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus n’est pas détruit. Il colonise d’autres organes et peut provoquer des lésions, des adhérences et/ou des kystes ovariens (endométriomes). C’est l’endométriose. Si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine, elle peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaires et digestifs et créer de la dysurie (douleurs au moment d’uriner ou de déféquer). La maladie peut être asymptomatique mais dans la majorité des cas, elle provoque des douleurs intenses (notamment au moment des règles : dysménorrhée) et peut causer une infertilité. Les chercheurs tentent de mieux comprendre et appréhender les mécanismes de cette maladie et ses liens avec l’infertilité.

Comprendre l’endométriose et ses traitements

L’endométriose est une malade caractérisée par la présence anormale de tissu utérin (ou tissu endométrial) en dehors de la cavité utérine. Cette anomalie engendre des lésions composées de cellules qui possèdent les mêmes caractéristiques que celles de la muqueuse utérine (l’endomètre) et se comportent comme elles sous l’influence des hormones ovariennes.

Il s’agit d'une maladie gynécologique fréquente, retrouvée chez 10% des femmes. Cette proportion montre à peu près de 40% parmi les femmes qui souffrent de douleurs pelviennes chroniques et invalidantes, en particulier au moment des règles mais provoquent également des vertiges, des nausées, des règles hémorragiques, des ballonnements et des douleurs pendant les rapports (dyspareunie).

Il n’existe pas de technique de dépistage de la maladie en population général, ni pour les femmes à risque. Seules les patientes présentant des symptômes nécessiteront un examen clinique et des examens d’imageries médicales pour établir un diagnostic. Cependant, il faut savoir que la maladie peut être invisible sur les examens d’IRM. Une chirurgie exploratrice ou un traitement hormonal personnalisé sont donc de rigueur lorsque la maladie n’est pas visible par l’extérieur.

Les traitements actuels entraînent notamment de nombreux effets secondaires comme des bouffées de chaleur, des maux de tête, une sécheresse vaginale qui altèrent la qualité de vie des femmes.

Le traitement hormonal consiste à priver le corps d’œstrogène, c’est-à-dire, l’hormone qui alimente les cellules d’endomètre. Par conséquent, ce traitement consisterait à empêcher la survenue de menstruations et donc de supprimer les douleurs liées à l’endométriose.

Le CBD, c’est quoi ?

Le CBD (cannabidiol) est une molécule naturelle extraite de la plante de chanvre. Cette molécule de plus en plus connue a fait l’objet de nombreuses études démontrant les bienfaits thérapeutiques qu’elle apporte.

Nous savons que le CBD n’est pas une molécule psychoactive comme le THC, la molécules voisine qui fait « planer » et qui est interdite en France et dans de nombreux pays.

La loi concernant le CBD en France est en cours d’écriture depuis le 23 Juin 2021 suite à la décision de la cour de cassation pour la légalisation du CBD.

Les bienfaits du CBD

Il a été démontré par de nombreuses études que le cannabidiol (CBD) est un composant vertueux du Cannabis. En médecine, le CBD est une substance utilisée pour traiter et soulager différentes maladies et leurs symptômes. Voici les principaux bienfaits du CBD :

- Un effet anti-inflammatoire considérable. Le CBD est une substance active, qui présente des effets anti-inflammatoires naturels conséquents. Pour cette raison, le cannabidiol est un complément alimentaire très prisé des sportifs car ils y trouvent une réel source de soulagement pour leurs douleurs musculaires et articulaires. De la même façon, les personnes qui souffrent de douleurs inflammatoires chroniques peuvent utiliser le CBD pour les soulager et les prévenir. 

- Les cannabinoïdes sont des immunomodulateurs. En plus de prévenir et de soulager les douleurs, le CBD est un remède efficace pour agir sur le système endo-cannabinoïde de notre organisme. Il réduit donc l’inflammation mais il permet aussi d’équilibrer le système immunitaire et de nous préserver du stress oxydatif. Le système immunitaire possède différents capteurs pour les cannabinoïdes que nous consommons en plus de ceux que notre corps produit. 

Le système endo-cannabinoïde que nous possédons peut être déséquilibré par différents facteurs : maladies auto-immunes, inflammations, etc. L’utilisation du CBD permet de rééquilibrer ce système et de le soutenir. Il agit directement sur les cellules immunitaires et déclenche plusieurs réactions antioxydantes et anti-inflammatoires bénéfiques.

- Stress & anxiété.

CBD et endométriose

Depuis plusieurs années, le CBD – l’une des substances actives du chanvre, est observé de près pour ces éventuels effets positifs sur les douleurs relatives à plusieurs pathologies. Le CBD pourrait donc jouer le rôle d’alternative « naturelle » aux médicaments dans le traitement des douleurs pelviennes en général, et de l’endométriose en particulier. Le CBD est en effet très efficace pour atténuer les douleurs chroniques, quelle que soit leur origine.

Le CBD, contre les douleurs liées à l’endométriose

Les cannabinoïdes, CBD et THC pour les plus connus, mais il en existe des centaines, agissent directement sur le système de la douleur, en inhibant l’intensité des messages de douleur envoyés au cerveau. Ils agissent aussi de manière indirecte sur la douleur grâce à l’action anti-inflammatoire.

Ils ont aussi des propriétés uniques de désensibilisation des récepteurs périphériques dans les zones où la douleur est installée de façon durable. A noter que de nombreux pays dans le monde distribuent déjà du cannabis thérapeutique pour les douleurs liées à l’endométriose, notamment en Israël, en Californie, en Afrique du Sud. En Australie, une enquête menée en 2019 sur un panel de 484 femmes atteintes d’endométriose révélait que plus d’une femme sur dix (13%) consommait déjà régulièrement du cannabis de manière isolée, sans assistance médicale, afin de soulager ses douleurs, et que parmi elles, plus de la moitié avait considérablement diminué l’utilisation d’antidouleurs classiques. Parmi toutes les méthodes alternatives utilisées par ce panel de 484 femmes atteintes d’endométriose, le cannabis est considéré comme la plus efficace et est la plus largement répandue.

Le CBD, contre les inflammations liées à l’endométriose

Les antalgiques comme l’ibuprofène ou les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, comme le prednisone agissent sur les inflammations en neutralisant certaines enzymes qui en sont responsable. De la même manière, les propriétés anti-inflammatoires du CBD fonctionnent grâce à la régulation de la production de cytokine, une protéine impliquée dans le processus inflammatoire. En d’autres termes, le CBD ralentit la libération des cytokines, ce qui réduit ainsi les niveaux d’inflammation et indirectement les sensations de douleurs associées.

Lorsque l’on souffre de ce type de douleurs, il est conseillé de faire une « cure » d’huile de CBD en sublingual. L’huile de CBD est vraiment le moyen de consommation le plus efficace et le plus pratique car elle contient du concentré de CBD (isolat ou distillat) et qu’il suffit de déposer quelques gouttes de celle-ci sous la langue et de laisser agir pendant 1 minutes.

Pour les débutants dans le CBD, il est tout à fait possible de commencer par prendre des infusions de CBD celles-ci peuvent avoir un effet de soulagement et de détente pendant quelques heures mais les effets seront beaucoup plus légers qu’avec les huiles de CBD.

Contrairement aux anti-inflammatoires classiques, le cannabis et le cannabidiol ne présentent que très peu d’effets secondaires ou indésirables et aucun risque à long terme. Les propriétés anti-inflammatoires du CBD et THC sont d’ailleurs bien connues, appréciées et recherchées des patients souffrants de MICI comme la maladie de Crohn. Pourquoi se priver d’un anti-inflammatoire naturel puissant et sans effets secondaires contraignants ?

     08/21/2021 16:21:15    0 Commentaires

Leave the Comment